Idées/Opinions

Ce que la « Marche pour la Science » m’a fait comprendre

Aux États-Unis, les manifestants ne cachaient pas leurs revendications politiques, affichant une hostilité manifeste envers le président Donald Trump. En Europe, le discours des organisateurs de la March for Science, se cachant derrière une implacable rationalité, fut plus pervers. Le dépliant que j’ai, comme beaucoup de mes collègues, reçu, invitait de nombreux chercheurs, professeurs et étudiants à ce rassemblement. Il disait ceci : « Les faits sont les faits. La science, indépendante des intérêts partisans et sans biais, bénéficie à l’humanité ». Ces affirmations sont quelque peu caricaturales : la science ne peut être sans biais, et son bénéfice à l’humanité peut être remis en question. Néanmoins, j’avais compris le message de fond et j’y adhérait parfaitement. La réalité était toute autre, le slogan pure hypocrisie.

On n’aura vu à Genève en aucun cas les intervenants défendre la démarche scientifique, mais bien des revendications politiques. Plus de financements pour les sciences. Plus de mesures contre le réchauffements climatique. Ou encore – on n’aurait jamais pensé l’entendre ici – plus de droit à l’immigration, qui faciliterait la « coopération scientifique internationale ». On ne parlera même pas de revendications absurdes et pseudos-scientifiques sur des sujets comme le racisme ou l’homosexualité.

Aucune de ces revendications n’a de caractère scientifique. La science énonce des faits, décrit, affirme. Ainsi, on ne devrait pas intervenir au nom de la science, dans le domaine de l’opinion. Elle doit être au service d’une idéologie, et non une idéologie elle-même. Si le réchauffement climatique est un fait, notre devoir de prendre des mesures pour lutter contre n’en est pas un.

Il est possible, car c’est mon cas, d’être scientifique et de militer pour moins de financement dans les sciences, privilégiant la croissance de l’économie ou les aides sociales. Il est possible d’être scientifique et de militer pour moins d’immigration afin de valoriser les citoyens nationaux ou d’éviter une « fuite des cerveaux » préjudiciable à certains pays. Enfin, tout scientifique sérieux le reconnaîtra, la coopération scientifique c’est toujours organisée en totale indépendance par rapports aux organisations supranationales – le CERN franco-suisse en étant l’exemple parfait.

Mais qu’importe, cet événement d’actualité m’a rappelé avant tout que certains hooligans politiques défendront toujours cette mentalité, allant parfois jusqu’à nier ce que je pense être la nature même de l’homme, l’essence même de la recherche scientifique. Il ne semble pas savoir, finalement, ce qu’est un fait.

Vous avez aimé ?
Donnez à Sébastien Perrin avec les moyens suivants

Faire un don bitcoin pour Sébastien Perrin

Scan to Donate Bitcoin to Sébastien Perrin
Scan the QR code or copy the address below into your wallet to send some bitcoin:

Faire un don paypal pour Sébastien Perrin

Scanez pour faire un don à Sébastien Perrin
Scannez le QR code ou faites un don via Paypal à :

Faire un don ethereum pour Sébastien Perrin

Scan to Donate Ethereum to Sébastien Perrin
Scan the QR code or copy the address below into your wallet to send some Ether:

Faire un don litecoin pour Sébastien Perrin

Scan to Donate Litecoin to Sébastien Perrin
Scan the QR code or copy the address below into your wallet to send some Litecoin:

Faire un don Monero pour Sébastien Perrin

Scan to Donate Monero to Sébastien Perrin
Scan the QR code or copy the address below into your wallet to send some Monero:

Faire un don Zcash pour Sébastien Perrin

Scan to Donate ZCash to Sébastien Perrin
Scan the QR code or copy the address below into your wallet to send some ZCash:

Dans le même thème :