Méta

Les femmes, plus facho que les facho

Une étude montre que les femmes sont de plus en plus attirées par les partis populistes de droite.

Les populistes de droite sont souvent dépeints comme des hommes blancs en colère. Cependant, une nouvelle étude a révélé que les femmes soutiennent de plus en plus les partis populistes de droite et qu’elles sont bien souvent plus radicales que leurs homologues masculins.

Cette semaine, des manifestants belliqueux [sic] d’extrême droite sont descendus dans les rues de Chemnitz pour demander aux autorités d’adopter une position plus dure à l’égard des migrants en Allemagne. La plupart des participants étaient des hommes, mais quelques femmes pouvaient parfois être aperçues parmi la foule. En effet, la plupart des gens ont tendance à imaginer le partisan type du mouvement d’extrême droite allemand PEGIDA et de l’Alternative pour l’Allemagne (AfD) comme un homme blanc coléreux.

Mais ce n’est pas tout à fait exact selon une nouvelle étude de la Fondation Friedrich Ebert (FES), affiliée au Parti social-démocrate de centre-gauche allemand. Le rapport, qui examine les électeurs populistes de droite en Allemagne, en France, en Grèce, en Pologne, en Suède et en Hongrie, a constaté que les femmes sont de plus en plus intéressées par les partis populistes de droite. Qu’est-ce qui rend ces partis séduisants pour les femmes ?

Le Féminisme, face à la réalité sociale

Les partis populistes de droite ont tendance à propager une image anachronique de la femme.1)Pourtant la même étude prouve les préoccupations « anachroniques » de ces mêmes femmes. Cependant, cela n’a pas empêché quelque 17 % des femmes d’Allemagne de l’Est de voter en faveur de l’AfD lors des élections législatives de 2017 ; 8% des femmes d’Allemagne de l’Ouest ont fait de même. Et en Pologne, plus de femmes que d’hommes ont voté pour le parti de droite Loi et Justice (PiS) lors des élections de 2015.

Alors, qu’est-ce qui rend ces partis si séduisants pour les femmes ? Elisa Gutsche, qui a dirigé l’étude de la FES, a fait remarquer que de nombreux partis populistes de droite examinés dans le rapport cherchent à obtenir des votes féminins en promettant de renforcer le système de sécurité sociale. « Les partis affirment qu’elles augmenteront les allocations familiales et les allocations associées afin de promouvoir les familles » 2)Les femmes seraient donc essentiellement attirées par les questions maternelles et familiales ? Ne serait-ce donc pas ce que nient pourtant les féministes ?, a-t-elle dit.

Le PiS de Pologne, a par exemple lancé l’initiative Famille 500+, qui garantit aux familles avec deux enfants un paiement mensuel d’environ 120 € par enfant jusqu’à ce qu’ils atteignent l’âge de 18 ans. L’AfD allemande, à son tour, défend une « culture accueillante pour les enfants » – contrairement à la « culture accueillante » du pays à l’égard des réfugiés étrangers. En effet, un nombre non négligeable d’électrices ont choisi de soutenir le parti en raison de leur inquiétude quant à l’avenir et de la peur que le système de retraite allemand s’effondre. Les questions sociales motivent donc souvent de nombreuses femmes à soutenir les populistes de droite.

La parution de l’égalité entre les sexes

Les chercheurs de la FES ont également étudié le rôle des femmes politiques parmi les partis populistes de droite en Europe. Ils ont constaté que peu de femmes sont impliquées dans ces organisations, la plupart des groupes parlementaires étant majoritairement masculins. En Allemagne, par exemple, le groupe parlementaire de l’AfD, fort de 92 sièges, ne compte que 10 femmes. De nombreux partis populistes de droite ont cependant des figures féminines de tout premier plan parmi leurs dirigeants, comme Alice Weidel, co-directeur de l’AfD, Marine Le Pen, présidente du Rassemblement National et Beata Szydlo, ancienne première ministre polonaise et membre du PiS. « Ces femmes sont là pour donner à ces partis une allure plus ouverte et contemporaine et pour séduire les électrices », a expliqué Mme Gutsche. « Ce ne sont donc pas des partis progressistes, il n’y a pas de réelle égalité entre les sexes. »

Des croyances xénophobes étrangement vives. Le rapport souligne également que les femmes sont en fait plus enclines que les hommes à adhérer à des croyances xénophobes et islamophobes fortes. « C’est cette découverte qui m’a le plus surpris », dit Gutsche. Dans une société patriarcale, les femmes sont constamment confrontées à une rude bataille, a-t-elle expliqué – elles sont plus susceptibles d’avoir des emplois mal rémunérés et sont plus exposées au risque de pauvreté lorsqu’elles vieillissent. « Je pense que les femmes sentent qu’elles se situent aux échelons inférieurs de la société et qu’elles doivent faire face à la compétition avec les réfugiés et les migrants », a déclaré Mme Gutsche. Selon elle, cela contribue également à expliquer pourquoi les femmes adhèrent aux partis populistes de droite.

 

Traduit depuis dw.com

Vous avez aimé ?
Donnez à ww avec les moyens suivants

Faire un don bitcoin pour ww

Scan to Donate Bitcoin to ww
Scan the QR code or copy the address below into your wallet to send some bitcoin:

Faire un don paypal pour ww

Scanez pour faire un don à ww
Scannez le QR code ou faites un don via Paypal à :

Faire un don ethereum pour ww

Scan to Donate Ethereum to ww
Scan the QR code or copy the address below into your wallet to send some Ether:

Faire un don litecoin pour ww

Scan to Donate Litecoin to ww
Scan the QR code or copy the address below into your wallet to send some Litecoin:

Faire un don Monero pour ww

Scan to Donate Monero to ww
Scan the QR code or copy the address below into your wallet to send some Monero:

Faire un don Zcash pour ww

Scan to Donate ZCash to ww
Scan the QR code or copy the address below into your wallet to send some ZCash:

References   [ + ]

1.Pourtant la même étude prouve les préoccupations « anachroniques » de ces mêmes femmes.
2.Les femmes seraient donc essentiellement attirées par les questions maternelles et familiales ? Ne serait-ce donc pas ce que nient pourtant les féministes ?